Développement personnel

Etudiant timide : trouve la force de parler aux autres

Salut, moi c’est Robin. C’est le premier épisode du podcast Etudiant Libre, le podcast de développement personnel par un étudiant, pour les étudiants. Alors aujourd’hui, on va tous les deux discuter un peu de la timidité et comment, avec quelques petits conseils, tu vas pouvoir trouver la force d’aller voir les autres et de leur parler. Pour commencer, les gens qui me connaissent, qui me côtoient, trouvent que je suis assez ouvert, que je peux facilement parler aux autres, même à des inconnus. Mais ceux qui me connaissent depuis très longtemps savent très bien que j’ai pas toujours été comme ça. Dans mes années collège et lycée, j’étais très très timide. J’avais vraiment du mal à lancer la conversation avec des personnes que je ne connaissais pas. Même avec certaines que je connaissais bien ! Je ne faisais rien, j’attendais qu’on m’adresse la parole avant de parler.

Le constat

Je me suis rendu compte que si je me refusais de parler aux autres, c’est surtout parce que je pensais que ce que j’allais dire n’était pas intéressant. J’avais surtout peur que si je disais quelque chose d’inintéressant, les autres me jugent pour ça. Après avec mes potes c’est différent parce que, dans le pire des cas, si je disais quelque chose qu’il ne fallait pas, c’était pas grave. C’était mes potes, on s’en remettait. Mais le problème ça a été quand je suis arrivé en école supérieure et que j’étais plus avec mes potes. Je suis passé du « j’habite avec mes parents et je vois tous mes amis d’enfance tous les jours » à « je suis tout seul dans un appart, dans une école où je connais absolument personne. Mais si tu es dans ce cas-là, ne stresse pas. J’ai des solutions pour toi.

Aujourd’hui, même en suivant les petits conseils que je vais te donner, je suis toujours un peu timide, un peu refermé sur moi-même. Mais c’est normal, c’est dans ma nature. Avec le temps, je me suis amélioré et maintenant je prends bien plus souvent la parole. Je prends bien plus souvent l’initiative d’aller parler aux autres spontanément et même avec des inconnus. J’ai plus cette peur de dire quelque chose qui ne va pas.

J’ai été timide, donc je comprends ce que ça fait d’être bloqué, de pas trouver la force d’aller parler aux autres même si on a vraiment envie. Avoir des remarques de ses proches en demandant pourquoi on a pas autant d’amis qu’on pourrait en avoir ? Pourquoi c’est toujours les mêmes qui viennent à la maison ?

Je sais ce que ça fait de vouloir être accepté pour ce qu’on est. C’est absolument normal, c’est humain de vouloir la compassion des autres et de se sentir accepté pour ce qu’on est, de faire partie d’un groupe. Si tu es timide, tu dois te demander, comme je me suis demander, pourquoi je suis timide ? Pourquoi j’arrive pas à parler aux autres ? Comment lui il y arrive super bien, il arrive à parler à tout le monde aussi facilement, c’est presque naturel. Pourquoi moi j’y arrive pas, pourquoi moi je suis comme ça, pourquoi je suis timide ?

Je pense que le pire dans le fait d’être timide, c’est de ne pas se sentir accepté. D’avoir l’impression de ne pas exister aux yeux des autres, le fait que personne ne nous écoute. Et ça c’est intimement lié à la confiance en soi. Si tu n’as pas confiance en toi, tu n’auras pas confiance en ce que tu peux apporter autres. Donc tu n’auras pas l’envie et la motivation d’aller parler aux autres.

La première des choses que tu dois te retirer de la tête, c’est le fait de penser que tu n’es pas intéressant. Le seconde, qui est parfois inconsciente, c’est l’impression que les autres sont malveillants, qu’ils nous veulent du mal. Pour tout te dire, c’est faux ! La plupart des gens sont bienveillants. Je dirais même que la plupart des gens sont en fait timides au fond.

Ce qu’il faut que tu comprennes et que tu te rendes compte pour sortir de cette timidité, c’est que c’est un véritable cercle vicieux. Il fait que tu es de plus en plus timide. Je l’ai vécu, et c’est assez simple de s’en sortir une fois qu’on a pris conscience de tout ça. La première chose, et on a déjà commencé à en parler, c’est le fait de croire en des choses fausses. Comme le fait que tu n’es pas intéressant, ou que les autres sont malveillants. Ensuite, ce que tu penses comme étant vrai, alors que c’est faux, va avoir des répercussions inconscientes sur ton attitude avec les autres.

Par exemple, tu vas avoir peur de t’exprimer parce que tu penses que ce que tu vas dire ne sers à rien et donc autant ne rien dire. Ou alors tu te dis que si tu dis quelque chose de travers, les répercussions peuvent être vraiment importantes. Le problème, c’est que cette attitude un peu timide, une voix qui parle tout doucement, le fait de rester dans son coin, va faire que les autres vont avoir une mauvaise première impression de toi. Les autres vont voir que tu es un peu timide, que tu ne dis jamais rien ou que si tu parles, ce n’est pas avec assez de conviction donc ils ne t’écoutent pas trop. Ils vont peut-être, malheureusement, se moquer de toi. A ce moment-là, tout ça va alimenter et confirmer tes croyances sur le fait que les gens sont malveillants, que tu n’es pas intéressant…

Avoir confiance en soi

Mais comment sortir de cette boucle ? La solution est assez simple. C’est en attaquant le problème par la racine : la confiance en soi. Il faut que tu retrouves une confiance en toi et à ce moment-là, tu vas pouvoir changer tes pensées et tes croyances. Tu es intéressant, tu es quelqu’un de super. Alors tu auras envie de donner ce message aux autres et tu auras la conviction de te faire entendre car tu es intéressant.

Tu auras donc une attitude bien plus confiante et les gens autour de toi, qui te voient et t’entendent, vont avoir un super ressenti envers toi. Ils vont enfin s’intéresser à toi ! Ça va alimenter le fait que tu es génial, encore et encore. Et tu vas encore être plus confiant, tu vas encore plus parler aux gens. Ils vont encore plus s’intéresser à toi et là, ça sera un véritable cercle vertueux. Tu auras enfin réussi à sortir de la timidité.

Ça soulève une nouvelle question. Comment avoir confiance en soi ? Un des meilleurs conseils que je peux te donner et qui a marché pour moi, c’est de te trouver une activité pour laquelle tu te donneras à fond et tu seras vraiment fier de toi. Pour moi, ça a été le sport pendant un moment car j’étais vraiment maigre au lycée. La muscu m’a permis d’avoir une meilleure santé et d’accepter mieux mon corps pour enfin mieux m’accepter moi et avoir confiance en moi. Tu peux donc te mettre au sport ou à la muscu pour perdre du poids par exemple.

Mais ça peut être n’importe quoi d’autre, le dessin par exemple ! Si tu t’entraînes à dessiner, que tu t’améliores avec le temps, tu seras si fier de tes dessins que tu vas commencer à les montrer aux autres. Ils vont te faire de bons retours et ces retours positifs te donneront un nouveau regard sur toi-même. Tu gagneras donc en confiance.

Tu peux aussi travailler à fond sur tes objectifs de vie. En tant qu’étudiant, tu peux te donner à fond en cours pour être l’un ou l’une des meilleurs. Tu peux travailler dans des associations pour aider les autres ou créer des choses qui te rendront fier de ton travail. Tu peux apprendre une autre langue, apprendre à jouer d’un instrument de musique, ou même juste te former dans un secteur qui te plaît. Quand tu vas progresser dans ta vie, tes objectifs, et que tu vas avoir des résultats, les gens qui sont autour de toi vont remarquer tous tes progrès. Ils vont presque commencer à se dire : Pourquoi lui ou elle réussit et pas moi ? Pourquoi moi je fais rien ? Pourquoi quand je continue à faire ma petite vie , elle, elle avance aussi vite ?

Bouleverse tes habitudes pour avancer

Un autre conseil que je pourrais te donner mais qui est plus difficile pour quelqu’un qui est timide, c’est de changer son groupe de potes. C’est parfois juste le groupe avec qui on est parce que ça s’est fait avec le temps. On n’a pas vraiment fait ce choix-là. On traîne parce qu’on ne sait pas avec qui traîner sinon. Il y a un proverbe qui est assez connu et qui est très vrai je trouve. C’est qu’on devient ou on est ceux qu’on fréquente le plus. Donc si tu veux devenir la personne qui est à l’aise à l’oral et moins timide, il faut que tu acceptes de changer ce groupe de potes « par défaut » pour voir de nouvelles personnes et ce qui fait d’eux ce qu’ils sont.

Le choix qui sera assez simple pour toi, c’est de trouver un groupe un peu niché dans un domaine que tu apprécies. Par exemple, comme on l’a dit avant, ça peut être un club de dessin. Tu vas alors pouvoir échanger et rencontrer des personnes sans même vraiment parler de toi. Tu vas pouvoir parler de dessins et leurs montrer tes dessins, leurs expliquer comment tu t’y es pris… Ensuite, quand tu seras un peu plus à l’aise, tu pourras commencer à parler un petit peu de toi. Ça sera bien plus facile pour toi d’être accepté dans ce groupe parce qu’il y aura déjà quelque chose qui va vous unir sans même vous connaître.

Je vais te donner un dernier petit conseil et des exercices que tu pourras faire pour travailler ton éloquence. Je sais que ça peut paraître un peu bête de travailler son éloquence quand on ne sait même pas sortir deux mots dans une conversation. Mais ça sera une première pierre sur ta muraille contre la timidité.

La première chose que je me suis dit, et je m’en suis bien rendu compte, c’est que beaucoup de personnes sont timides. Je pense qu’en fait c’est assez français. On aime bien être tranquille dans notre coin. La plupart des personnes sont donc habituées à ne rien dire, à attendre patiemment. On le voit très bien dans les files d’attente, par exemple, où les personnes ne parlent pas, si ce n’est avec la personne avec qui elles font la queue. J’ai remarqué que si tu t’adresses à une personne, même pour très peu de chose avec un petit sourire, la personne est ravie.

Mon premier petit exercice, petit entraînement, que tu pourras faire, c’est de ne pas hésiter parfois à placer de petites phrases dans ce genre de moments où personne ne parle. Prenons un exemple qui va peut-être te paraître simple où je pense que la plupart des personnes choisissent juste de ne rien faire à ce moment-là.

Imaginons que tu es assis sur un banc au parc, une dame passe devant toi et s’arrête avec un beau chien. Elle s’arrête un instant, regarde autour d’elle et croise ton regard. A ce moment-là, je pense que la plupart des personnes ne vont rien faire ou juste échanger un « bonjour » silencieux en hochant la tête. Mais toi, tu regarderas cette dame, tu feras un beau sourire en lui disant bonjour bien sûr, et tu enchaîneras sur une petite question très simple. Par exemple quelle est la race de son chien ? Même si tu le sais, on s’en fiche. L’important c’est d’engager une mini-discussion, un échange très simple avec une personne que tu ne connais pas. C’est ça le but de l’exercice.

La dame, dans la majorité des cas et je parle selon mes expériences, sera surprise certes, mais sera très contente qu’on s’intéresse un peu à elle. Peut-être qu’elle te demandera si toi aussi tu as un chien ou une autre petite question sur la météo par exemple. Cette mini-discussion de quelques minutes se terminera très sûrement sur un simple « au revoir et bonne journée » où chacun ira dans sa direction.

Mais sans même t’en rendre compte et sans même avoir échanger de prénom, avec cette dame tu as partagé un tout petit instant de joie. Parce que oui, le plus important dans le fait de sourire pendant cet échange, c’est que cela transmet de la joie. On est des animaux remplis d’émotions, on le sait tous. Et le plus dans tout ça, c’est qu’avec des gestes simples tels un sourire, on peut transmettre énormément d’émotions ! Si par malchance, la dame s’en fiche, elle te regarde, ne te dis même pas bonjour et trace sa route, ce qui est très rare selon moi, c’est pas grave. C’est toi qui a essayé et qu’est-ce que tu as perdu ? Absolument rien à part de se dire « mince, je n’ai pas eu ce petit échange que je voulais ».

Une des remarques que je me suis faite et qui est la plus importante pour moi, j’aimerais bien que tu t’en rendes compte toi aussi maintenant, c’est qu’on est des millions de français. Le monde est si vaste avec des milliards d’êtres humains, donc cette personne avec qui tu as eu un échange, malheureusement tu ne la croiseras sûrement plus jamais de ta vie.

Si par hasard tu la recroises un jour, vous seriez à nouveau de parfaits inconnus parce que depuis ce moment-là, tu auras croisé plein de nouvelles personnes. Tu ne t’en souviendras pas et c’est bien normal. Ce que je veux dire par-là, c’est que si malheureusement cet échange venait à mal se passer, c’est pas grave. Ce n’est qu’une goutte d’eau de plus dans un océan gigantesque. Je voudrais donc que tu arrêtes d’hésiter en te disant : « Non, je ne vais quand même pas déranger cette personne. Ça sert à rien… ».

Ce que je veux que tu comprennes, c’est que bien sûr tu « déranges » la personne parce que tu t’adresse à elle. Mais si c’est bienveillant et avec un bon sourire, la personne sera toujours contente d’avoir été dérangée. Et pourquoi me demanderas-tu. En fait, c’et si rare qu’une personne fasse le premier pas que ça flatte la personne. Moi-même je suis très content quand une personne s’adresse à moi de cette manière. Ce qui est le plus cool dans cet échange, c’est que c’est si simple que tu ne vas pas paraître lourd ou déplacé. Ce qui est aussi bien, c’est que tu n’as pas beaucoup à réfléchir, ça peut être très spontané. Bon, maintenant on va dire qu’entre nous, tu t’es mis dans la tête d’essayer de parfois faire ce petit échange spontané, quand tu en auras l’occasion.

Si tu es en études supérieures…

Je vais maintenant te dire comment moi j’ai fait, en tant qu’étudiant, pour rapidement me faire des amis à l’école et comment toi aussi tu peux réussir à faire de même à la rentrée. Pour commencer, comme je te le dis, j’ai commencé à visualiser et à me rendre compte de ce cercle vicieux. Déjà, la plupart des personnes sont timides en général.

Logiquement en études supérieures, ça doit être pareil. En plus, je peux compter sur le fait qu’on est tous tout seul. On vivait tous chez nos parents, maintenant on est tous en appartements, on est tous là, dans l’école, perdu. Donc je me suis jetée dans l’eau quitte à me planter complètement. Et au pire, on est des centaines, donc si je me trompe de personne et que je me rends compte que c’est pas la bonne, qu’on est pas sur la même longueur d’ondes, c’est pas grave. On est tellement nombreux que j’ai plusieurs chances possibles.

Pour te donner un petit exemple, premier amphi, j’étais paumé bien sûr, et tout seul. Je suis arrivé devant la porte, on était plusieurs à attendre et encore une fois, personne ne parlait. Chacun était sur son portable. J’ai vu un gars, adossé contre le mur. Je ne sais pas pourquoi, il avait sûrement une bonne tête, je me suis approché un peu en souriant. Je lui ai simplement demandé si l’amphi était bien là parce que j’étais complètement perdu. Il m’a dit « ouais je crois bien, de toute façon moi aussi je suis perdu ». Les autres nous regardaient, apparemment on était un peu l’animation de la journée. C’est ainsi que je me suis mis à côté de ce mec pendant l’amphi et tous ceux qui ont suivi un à un et on est devenus super potes.

Comme quoi c’est avec des échanges tous simples qu’on arrive à créer et entretenir des liens très forts. Si tu as un peu peur et es réticent à l’idée de faire des petits échanges comme ça avec des personnes, tu peux essayer de te préparer. Tu peux te poser et essayer de te dire : qu’est-ce qui, peu importe la personne et le lieu en particulier, va toujours marcher ? Par exemple, dans mon école, je me suis dit qu’on est tous arrivé, tous perdu et tous seul. Donc pour engager la conversation avec n’importe qui, pour pas paraître gênant ou autre, j’ai remarqué que je pouvais toujours demander à la personne en face de moi simplement d’où elle venait. Parce que dans les écoles supérieures, la plupart d’entre nous vient d’un coin de la France, même parfois de l’étranger.

Reprenons l’exemple du club de dessin. A ce moment-là, tu pourras demander à n’importe quelle personne quand est-ce qu’elle a commencé le dessin. C’est comme ça que, très simplement, tu vas enclencher et créer une discussion. Au fur et à mesure, vous allez commencer à parler de vous. Avec ces questions aussi simples, tu auras directement le droit à la question suivante.

Par exemple, avec le « d’où tu viens ? », moi j’avais le « et toi, d’où tu viens ? ». J’avais réussi à avoir l’attention de la personne en face de moi et ainsi de suite. C’est là que je me suis aussi rendu compte qu’en s’intéressant à une personne, ça lui fait un peu bizarre parce qu’on s’intéresse à elle. Et en retour, elle se dit : pourquoi moi je ne m’intéresserai pas à la personne qui vient me parler ? C’est ça le plus important. C’est en t’intéressant aux autres que les autres vont s’intéresser à toi.

Quoi que tu dises, tu es spécial. On est tous différents, spéciaux, on a notre humour, notre caractère. C’est ça qui fait que ça sera toujours intéressant d’aller parler aux autres parce qu’ils vont toujours t’apporter quelque chose de nouveau que tu n’auras pas. Ça peut passer par plein de choses différentes. Ça peut être des connaissances, c’est ce qu’on vit à l’école avec nos professeurs. Mais ça peut être aussi des blagues que tu ne connaissais pas, des histoires… Ces choses, à leur tour, feront partie de ta personnalité. Ce sera à toi de les transmettre aux personnes qui viendront vers toi.

Pour finir, ce dont je veux que tu te souviennes et qui est le plus important, c’est de te dire que tu n’as plus rien à perdre. Les gens sont pour la plupart ravis d’échanger avec une personne souriante. C’est le premier pas qui est le plus important pour que tu puisses enfin entendre des autres que tu n’es pas timide. Ce sera tellement devenu pour toi une habitude de parler aux autres que ça te semblera juste normal. C’est à ce moment-là que tu verras qu’on te dira que tu es le gars ou la fille sympa. Tout le monde te trouve sympathique, sans même savoir vraiment pourquoi. En fait, c’est juste que tu t’intéresses sincèrement aux autres, et en retour, ils le feront avec toi.

Les personnes timides que tu rencontreras, quand tu leur expliqueras que c’est tout simple de sortir de la timidité, ils te diront que pour toi c’est facile parce que tu n’es pas timide. Tu as de l’assurance, tu n’as pas peur d’aller parler aux gens. Tu leur répondras que si, tu es toujours timide. On est tous timide. Mais c’est en se disant que, de toute façon, c’est pas en restant dans ton coin que les gens viendront vers toi. Tu as choisi de surpasser ta peur d’être timide et de te jeter à l’eau. C’est devenu tellement plaisant de vivre ces petits échanges avec ces personnes que maintenant tu ne t’en passes plus. Alors choisis de prendre en main ta vie et souris !

Je te remercie d’avoir lu cet épisode d’Etudiant Libre. Pour me soutenir, je t’invite à commenter, noter et partager le podcast en version audio. Tu peux le faire sur tes applications de podcast préférées comme Apple Podcast ou Spotify. On se retrouve dans un nouvel épisode très bientôt et en attendant, n’hésites pas à faire un tout sur le dernier article du blog. Prends soin de toi et à la prochaine !

PS : Si tu es arrivé jusque-là, je te félicite et j’espère que tu as toutes les clés en main pour être de moins en moins timide. Si tu as écouté le podcast, tu as sûrement remarqué que certaines phrases sont un peu différentes et c’est normal. J’ai été obligé de les remodeler.